Interview Coworker – Sébastien Chapelet



Cette semaine nous vous présentons Sébastien Chapelet, Directeur Général de la SEM Energies des Hauts-de-France qui est arrivé chez COWORKOFFICE le 3 Avril 2018.

Présentez-nous votre parcours et votre métier ainsi que votre entreprise.

J’ai fait des études en Sciences Economiques à Béthune jusqu’à un mastère Sciences Economiques et Gestion de projet en environnement à Lille. 

Je viens de la fonction publique territoriale puisque j’ai travaillé pendant une petite vingtaine d’années dans la gestion des déchets ménagers. Au départ en tant que chargé de mission pour mettre en place le tri sélectif et puis pendant dix ans à partir de 2007 en tant que DGC Directeur général des services d’un syndicat mixte d’élimination et de valorisation des déchets. On a construit des usines de valorisation de recyclage dans la région de Douai. 

En 2017, j’ai été recruté à la SEM Energies des Hauts-de-France avec Stéphanie Scarna. C’est le démarrage de la SEM Energies. 
Notre activité principale consiste en un fond d’investissement régional pour accompagner les projets de production d’énergie renouvelable. 

Nos fonds ont été fournis par la Région, la Caisse des Dépôts et différents actionnaires, pour environ 5 millions d’euros investis dans les projets régionaux d’énergies renouvelables (centrales photovoltaïques, réseaux de chaleurs, …). On travaille sur ces projets en tant que financeur ou porteur de projet. 

Qu’est-ce qui est le plus difficile dans votre métier ?

Je pense que c’est le fait qu’on a énormément de dossiers différents, passer d’un dossier à l’autre quotidiennement. Il y a des dossiers qui prennent du temps : entre le temps où le projet démarre et où il est construit, il peut se passer plusieurs années. Il faut donc savoir bien planifier !

De quoi êtes-vous le plus fier ?

La ville de Loos-en-Gohelle dans la Pas-de-Calais va nous confier l’installation de 8 centrales photovoltaïques sur les toitures de ses bâtiments. Et on a prévu de faire participer les citoyens de la commune en leur proposant de rentrer dans la société pour qu’ils soient actionnaires et acteurs du projet.

Comment avez-vous connu Coworkoffice ? Qu’est-ce qui vous a le plus séduit chez Coworkoffice ?

Dès le tout début, fin 2016 jusqu’à mon démarrage à la SEM Energies, j’ai cherché des locaux sur la région de Lille et j’avais orienté mes recherches sur des bâtiments à énergie positive qui soient en cohérence avec le métier que l’on fait. Et quand j’ai découvert le projet de COWORKOFFICE (à l’époque, c’était un projet), j’ai très vite rencontré Mme Rousseau pour signer un bail pour des bureaux privatifs. A l’origine le projet devait aboutir en septembre 2017. En attendant, on s’est installé à la Madeleine le temps de la construction.  Et nous sommes arrivés dès l’ouverture le 3 avril 2018 !

Ce qui nous a le plus séduit chez COWORKOFFICE, c’est le projet du départ qui donnait déjà un aperçu de l’ambiance et la qualité des installations. Et il est aujourd’hui fidèle à ce que l’on nous a présenté sur plan.

Avez-vous une anecdote ou un souvenir à nous livrer sur votre arrivée et votre installation ?

On est arrivé les premiers, donc c’était un peu épique !  Il y avait encore des travaux et des dysfonctionnements donc les premières semaines ont été un peu compliquées. 

L’anecdote la plus marquante c’est lors de la livraison de notre mobilier (tables, chaises, armoires…). Alors que l’ascenseur devait être mis en service peu avant, nous avions informé les livreurs qu’il n’y aurait aucun souci pour livrer au 2ème étage. Or, le jour J, l’ascenseur ne fonctionnait pas et nous avons dû monter nous-même tous les meubles par les escaliers !!  Belle séance de sport ! On est arrivé trop tôt « ahah ».

Avez-vous une salle de réunion préférée ?

On utilise pas mal la salle Amazone, elle est très bien.

Comment définiriez-vous la communauté des Coworkers en un mot ?

Convivialité

Avez-vous une routine ?

Non, puisqu’on est toujours sur des nouveaux projets.

Avez-vous des projets pour 2019 qui vous tiennent à cœur ?

On a un beau projet de centrales photovoltaïques dans le Sud de l’Aisne près de Château-Thierry. C’est notre premier projet en développement. Jusqu’à présent nous n’étions pas opérateur mais financeur de projets. C’est un grand changement et un gros projet. 

Qu’est-ce qui vous donne envie de vous lever le matin ?

Mes collègues.

Il n’y a pas que le boulot dans la vie, avez-vous des passions ?

Le foot, les jeux vidéos et mes 3 enfants !

Avez-vous des talents ?

Pleins, mais ils sont cachés, bien cachés !!! 😉
La cuisine par exemple. 

Je dirais la tolérance, « j’aime bien tout le monde, je n’ai pas d’ennemis, je suis tolérant, je trouve des excuses même à ceux qui ne sont pas toujours sympas. » 

Vous êtes plutôt burgers du Time Cook ou Molly’s Café ?

C’est compliqué ça, ça dépend si c’est le moelleux au chocolat du Molly’s ou le ch’ti burger du Time Cook —> Molly’s

Sieste dans la salle Zen ou babyfoot entre collègues ?

Sieste dans la salle Zen

Billard ou canapé ?

Canapé

Pilates ou cross-training ?

Cross-training

Console ou jardinage ?

Console

Café ou thé ?

Café

Musique préférée ?

Love is All de Butterfly Ball

Livre préféré ?

France Football

Bonbon préféré ?

Les ours en guimauves

Quel métier vouliez-vous faire étant petit ?

Footballeur

Un endroit fétiche ?

Arras ou côtes du Boulonnais (Wimereux)

Crédit photo: Wimereux-tourisme.fr

Restaurant préféré ?  

Le Barbier qui fume à Lille

Crédit photo : Le barbier qui fume

Votre destination de rêve ?

Le Costa-Rica

Crédit photo ! monvoyageaucostarica.com

Prochaine soirée à organiser ?

Une soirée disco avec un peu de diplomatico (Rhum du Molly’s)

Une citation de prédilection ?

Dernière petite anecdote ?

Y a quelque chose qui m’a bien amusé, ça concerne Olivier, mon collègue. On a quand même insisté pour avoir une borne de recharge électrique, car on a des voitures électriques. 
On est venu un peu pour ça, car à La Madeleine, on n’en avait pas et ce n’était pas pratique. 
Elles n’ont pas été installées tout de suite, ce que je peux comprendre. On a insisté régulièrement et puis elles ont  été installées juste avant l’inauguration. 
La première fois qu’Olivier est venu pour recharger sa voiture, il y avait déjà une voiture garée sur la place pour recharger et cette voiture à première vue, ne semblait pas être une voiture électrique. Olivier donc est allé râler en disant que c’était une place pour véhicule électrique et que les autres voitures ne devaient pas se garer là !
Le fait est que c’était la voiture du Directeur de Programmes d’ARTEA (la société qui possède COWORKOFFICE) et que c’est bien une voiture électrique ! J’ai bien ri !